Bien des sonnettes d’alarme ont été tirées depuis des années...

Mardi 19 mai 2009 // La France

Le « Rapport d’information par la commission de la défense nationale et des Forces armées sur l’exécution de la loi de programmation militaire pour les années 2003 à 2008 » sonne-t-il l’hallali pour nos forces ?

Hallali debout ou hallali « couché » ?

Un rapport accablant qui ne semble pas mobiliser les élus de la nation...

Seront nous toujours plus condamnés à être « serviles » ?

 Les otages du Ponant, et la « Jeanne »

Il y a bien sûr les matériels, les hommes aussi. Les retards...

Des hommes qui parfois ne sont pas assez entraînés...

De rapports en commissions, d’années en années le « tableau » s’est obscurci. A point d’être devenu bien « noir ».

Ce dernier rapport enregistré à l’Assemblée nationale le 14 janvier 2009 annonce-t-il un prochain coup de grâce ?

A lire sans être obsédé par une lecture « entre les lignes », nous devons nous rendre à quelques évidences : La disponibilité techniques des appareils de l’armée de l’air affiche pour les années 2003 à 2008 une moyenne qui n’ a eu de cesse de se dégrader avec un prévisionnel qui a du mal à décoller des 50% pour 2008... Ce pour la chasse.

Du côté de l’armée de terre, plus d’avenir pour nos blindés lourds et nos AMX 10 RC se hissant à 53% de disponibilité... tous les espoirs sont portés sur le VAB...Dans l’A L A T, tous les rotors sont en berne : Gazelle, Puma et Cougar plongent... et le Tigre se hausse à 51%...

Dans la « Royale » bien des bâtiments sont à bout de souffle...

Combien de déclarations et de grandes promesses ont-elles été trahies ?

Aujourd’hui l’Armée de l’air est incapable de remplir en totalité le contrat imposé par l’Etat : projeter une force de réaction immédiate de 2.200 personnes et de 3.400tonnes de matériel en trois jours et à 5.000km. Pas de problème majeur pour les hommes. En revanche, moins d’un tiers du matériel peut être acheminé. Des hommes oui, mais pas complètement équipés ! Notait le Télégramme, le 16 avril...
Que dire quand nous apprenons que seulement 4% des hélicoptères sont récents (Toutes armées confondues).

Un tableau noir qui avait été illustré par l’opération de sauvetage des otages du Ponant : « Sur place, la frégate Surcouf avait été victime de problèmes de ligne d’arbre, la frégate Jean-Bart de problèmes de moteur. Un chaland de débarquement avait même coulé, sous le poids des équipements des commandos. Enfin, victime d’une panne moteur, l’avion de patrouille, qui supervisait l’interception des preneurs d’otages, avait dû atterrir en catastrophe au Yémen. Une heure plus tôt et toute l’opération, menée avec brio, capotait ! »

La « Jeanne » et le « Ponant »...

A nos armées, héritières de grands savoirs et de technologies jadis en « pointe », disposant encore d’hommes motivées, il manque quelque chose de primordial et qui n’est pas de leur ressort : une volonté politique.


Précisons toutefois que depuis quelques années ,du côté des « Opex » la situation est nettement plus brillante. Encore heureux direz-vous...

Mais plus nous avançons et plus ces « Opex » sont au service d’intérêts qui sont de moins en moins dans l’intérêt de la France...

Un rapport à lire et relire pour comprendre bien des enjeux...

« Rapport d’information par la commission de la défense nationale et des Forces armées sur l’exécution de la loi de programmation militaire pour les années 2003 à 2008. »

Répondre à cet article