Cher(e)s ami(e)s internautes.

Merci pour votre fidélité ; les écrits quotidiens seront absents tout le mois de septembre. Vous pouvez cependant parcourir tous les dossiers créés depuis plus de 10 ans et qui figurent sur le site.

Dés le mois d’octobre il vous sera proposé un mensuel auquel vous pourrez participer en me faisant parvenir votre perception des affaires politiques, familiales, sportives ou autres.

Rien ne sera censuré, hormis des articles injurieux et calomnieux.

Je suis attaché aux valeurs chrétiennes, aux valeurs dites républicaines et à une monarchie parlementaire.

Vous pouvez nous contacter en cliquant sur ce lien >>

Ah ! les « gens du voyage »…

Jeudi 7 octobre 2010 // L’Europe

Le digne descendant du chevalier François de Hadoque piquerait une de ses colères…

Au-delà des « passions » et des sombres pensées qui animent tous les « acteurs » de cette « affaire », le capitaine Haddock nous manque…

Ce n’est pas l’ami Rodolphe de l’Itinérant qui nous contredira…

Raison garder à la française !

Vous avez dit « Roms » ?

Quand prendra-t-on conscience que ce « régime » ne peut se maintenir que par ces parodies qui ont nom dans toutes les bouches de : « valeurs républicaines » ?

Le président et le capitaine


Moulinsart, le château de Moulinsart, ce n’est pas l’Elysée.
 
Et si lors de l’aventure des « Bijoux de la Castafiore », des Manouches furent invités à s’installer sur les pelouses du Capitaine, on peut affirmer avec certitude, que jamais aucun ne mit le pied à la garden-party du 14 Juillet.

Hergé, gardien moral d’une bonne partie d’entre nous, aimait les Chinois, le Yéti et les Romanichels, et nous a fait les aimer. Il est donc tout à fait improbable que ni M. Sarkozy, ni M. Hortefeux, entr’autres membres du Gouvernement, n’aient lu Tintin.

A la Commission de Bruxelles, à Bruxelles donc, capitale de la Belgique, on a dû y lire Tintin.

Ce qui est normal, puisque bien que ni Tintin ni le Capitaine Haddock n’aient de nationalité connue, « on » pense que le château de Moulinsart était situé en Belgique…

Quant à la Commission, nos ministres concernés ont dû y aller, se justifier. Expliquer que non, « on » n’était pas racistes, que non, nos « raccompagnements » « chez eux » n’étaient pas des déportations, que si, c’était volontairement que les Roms repartaient en Bulgarie ou en Roumanie. Et que si, ces deux pays étaient leurs patries bien aimées, maisimaisi…

Au Vatican, étant donné qu’il y a quelques » monsignores » et même quelques « monseigneurs » et même quelques cardinaux, français, et que Tintin était admis dans les années cinquante au sein des « meilleures familles », on l’a lu.
 
Et comme il est certain que c’est là que Benêt XVI en a trouvé l’inspiration, ça nous a valu, en français « per favor », une réprimande qui fut, lorsque l’on sait que le Pape s’exprime toujours à mots couverts, extrêmement sévères.

Entre nous soit dit, notre gouvernement nous fait avoir l’air stupide. Il donne l’internationale impression que les Français sont un peuple d’arriérés, aux réflexes de paysans butés qui, le poil hérissé, prennent leurs fourches à la main dès qu’une roulotte apparaît à l’horizon.

D’autant plus stupides, nous sommes, que l’amalgame est fait dans le discours présidentiel ou ministériel, entre « gens du voyage » et Roms. Et que l’on doit penser, à Rome, Washington, Genève ou Bruxelles, que nous sommes aussi bêtes et incultes que nos ministres !

En effet, les « gens du voyage », ce peut être n’importe qui d’entre nous. Combien de surendettés, virés de leur HLM, qui ont eu l’astuce, avec le « dernier crédit » à la consommation, de s’acheter un camping-car, ou qui, précautionneux, ont gardé au fond du garage la vieille caravane des parents, se sont retrouvés « gens du voyage » sans pour autant avoir des ancêtres qui, vers l’An 1000, se seraient, vers l’Ouest, mis en marche depuis les ombres de l’Himalaya.

Cela dit, au mieux nous berlusconisons notre politique intérieure.

La honte !…


Migration des Roms

Répondre à cet article